A la une

Monsieur Coq, vous chantez faux !

Vous estimez dans les pages de l’Essor Sarladais que « la déviation de Beynac est à présent derrière nous » et vous pensez ainsi avoir réglé les problèmes écologiques de la vallée de la Dordogne. Si dégâts il y a eu , ils ont déjà été causés lors de la construction des piles des nouveaux ponts, les dégâts sont à présent derrière nous. Serez-vous aussi prévenant pour la faune et la flore de la Dordogne si la destruction de ces ouvrages devait se faire ? Si pour vous l’écologie ne se limite pas à faire ses courses chez Biocoop, êtes-vous prêt à vous battre contre les dégâts écologiques que causera la démolition de tout ce qui a déjà été construit ?

Si pour vous la protection de la faune ne se limite pas à 0,72% de la rive gauche de la Dordogne vous êtes-vous demandé si, sur la rive droite, le bacillus thuringiensis répandu en quantité ne détruit vraiment que la pyrale du buis ?

Vous demandez la destruction des bassins de dépollution prévus pour filtrer les eaux de ruissellement de la nouvelle route mais qu’avez-vous à proposer pour empêcher le jus de tout le trafic automobile que vous voulez conserver dans Beynac de s’écouler directement dans la rivière ?

Où étiez-vous lors de la construction de la traversée de Beynac lorsque des centaines de m3 de gravats ont été déversés dans cette même rivière que vous prétendez défendre aujourd’hui ?

Où est le défenseur de la faune en été lorsque des dizaines de milliers de pagaies brassent la rivière ? Etes-vous , comme cet écologue forestier qui s’exprime parfois dans le même journal, parti faire de la plongée sous-marine dans la mer Rouge ? A la nage bien-sûr, pour préserver la planète .

« Inventer, construire et développer un territoire attractif et dynamique ou il fait bon vivre » , ce sont vos mots .

Inventer, construire : L’ouvrage imaginé par Alain Spielmann , grand architecte aux nombreux prix nationaux et internationaux sera détruit par François Coq architecte écolo de Sarlat-la Canéda . Quelle fierté !

« Développer un territoire attractif et dynamique » : Comment imaginer le développement , l’attractivité et le dynamisme du sarladais en voulant à tout prix maintenir le goulot d’étranglement de Beynac sur l’axe routier le plus important du sud du département .

« Où il fait bon vivre » : Demandez aux riverains de la traversée qui voient passer 300 poids-lourds par jour , pour certains à moins d’un mètre de leurs fenêtres, s’il fait bon vivre à Beynac . Demandez aux visiteurs , aux consommateurs installés aux terrasses des cafés et restaurants , aux promeneurs de la traversée du village , s’il fait bon respirer à Beynac . Vous n’ignorez pas que les véhicules freinés dans les ralentissements ou bloqués dans les bouchons de ce village engendrent beaucoup plus de pollution que les mêmes véhicules roulant à vitesse normale sur la future déviation . Vous savez que sur le plan de la sécurité le délai moyen d’intervention des secours en France est d’un peu plus de 13 minutes et que dans le secteur de Beynac, à cause de sa traversée, il est de 21 minutes et 54 secondes (Source SDIS de la Dordogne).Vous n’ignorez pas qu’à cause du mur en béton jaune , que vous devez trouver superbe, un bus coincé entre un camion et la falaise ou ce mur , ne pourra pas évacuer ses passagers en cas d’accident ou d’incendie .

Vous savez tout cela mais pour de basses raisons opportunistes vous préférez sacrifier le village de Beynac , un des plus beaux de France , à vos ambitions politiques .

Si vous voulez être un homme politique, proposez donc des solutions concrètes et non utopiques car nous les attendons toujours !

A la une, Projets pour Beynac

Un château et son village qui nous mettent la tête à l’envers…

photo_reflet_Beynac

Très jolie photo de Beynac accompagnée d’un billet d’humeur plein de bon sens envoyé par un membre du photoclub de Beaumont :

 » Un château et son village qui nous mettent la tête à l’envers depuis plusieurs années et en particulier durant cette année 2019.

Un château et d’autres qui font couler beaucoup d’encre et aujourd’hui, j’y ajouterai la mienne. A la mi-décembre, je me suis arrêtée à Beynac en rentrant de Sarlat, prendre quelques photos du village sous le soleil après les grosses pluies. C’était entre 12h et 14h. Je n’aurai pu imaginer qu’il y ait autant de camions qui fréquentent cette voie surtout à cette période ! (évidemment, ils n’ont pas ailleurs où passer !).

Seule « touriste » à ce moment-là, je n’étais pas très rassurée de me trouver à leur niveau au moment du croisement… Alors j’imaginai en saison touristique quand tous ces passants se rencontrent avec des enfants qui gambadent, chahutent, heureux de profiter de leurs vacances « … » En longeant la terrasse du restaurant, entre route et Dordogne, j’ai eu une pensée pour ces mêmes vacanciers qui viennent déguster un bon repas périgourdin parfumé aux gaz d’échappement, aux vapeurs de carburant et se détendent au son des ronflements des moteurs des voitures et des camions.

J’ai essayé d’imaginer la traversée du village en vélo. Ça doit être une épreuve qui n’est pas sans risque ! A l’heure où toutes les communes s’activent à créer des voies vertes ou vélos routes, je n’ai pas su trouver celle qui passe à Beynac. J’ai vu aussi qu’il y avait beaucoup de pierres au pied des rochers… Et quand il y a une énorme falaise, je ne peux m’empêcher de penser à la Roque Gageac en 1957… Toutes ces vibrations à sa base pour travaux, tous ces passages de poids-lourds dont on ressent les trépidations sous les pieds, ne fragilisent ils pas ses fondations ?… Oh je ne prétends pas être une technicienne, mais n’a-t-on pas déjà vu des catastrophes que les techniciens n’ont pu prévoir ? (Je suppose que parmi toutes ces « têtes pensantes », beaucoup ont des consciences moins sensibles que la mienne)

Est-ce qu’un peu de faune et de flore endommagées sont-elles plus importantes que la vie des hommes ? J’ai fait du canoé cet été dans ces eaux de Beynac : j’ai dû déranger quelques petits poissons peut-être même en assommer avec ma pagaie, (Oooh, on va me poursuivre, je pense même que l’on devrait interdire le canoé et pourquoi pas les gabarres qui perturbent la faune de la rivière) ; Je suis donc passée sous le pont de Vézac et j’ai été surprise par la discrétion des piliers des futurs-ex ponts inachevés et la végétation qui avait recommencé à pousser. La nature reprend toujours ses droits et s’accommode des nouvelles constructions. Les ponts gâchent le paysage ?… Mais alors, il faut les supprimer puisqu’on refuse de vivre avec son temps et surtout ne pas les utiliser ! Par exemple, tout ce béton dans l’océan pour rejoindre l’ile d’Oléron, il faut le retirer !… Le viaduc de Millau est-il plus discret en enjambant la vallée du Tarn ?… et le pont d’Aquitaine qui «défigure » Bordeaux, et j’en passe, la liste serait longue !… Le pont de Creysse était loin de faire l’unanimité pendant plusieurs années. (Pour une émission de télé, Martin Lamotte était venu sur place faire le constat d’une « construction inutile » : un pont sans route !) Bizarre, personne ne le boude aujourd’hui !

Je suppose aussi qu’une grande partie de la population n’utilise jamais les autoroutes qui ont saccagé le paysage et dérangé la faune et la flore à leur construction. M. Stéphane, vous admirez Versailles aujourd’hui…. Mais en 2400, peut-être qu’un nouveau M. Stéphane admirera les ponts de Beynac de 2020 pour leur sobriété…. Ah mais non !… suis-je bête, vous avez pris parti pour empêcher l’évolution de notre réseau routier et pourtant, nombreux sont ceux qui prétendent que nos routes sont « pourries » ! Mais de quoi je me mêle ?… Je suppose que vous avez renoncé (comme tous ceux qui sont à vos côtés) au smartphone, à l’ordinateur portable, à la tablette 3G, pour éviter d’utiliser les antennes de 3, 4, 5G. Toutes ces nouvelles technologies qui, d’une manière ou d’une autre, s’affichent dans le paysage.

Il y a tant de causes plus nobles pour utiliser sa notoriété que de réduire à néant tout cet argent !!! (Début de construction + démantèlement = un énorme gâchis)… sous le regard malheureux de tous ceux qui manquent de tant de choses !…

Je tiens cependant à préciser que je suis une adepte de la protection de la nature et de la planète mais qu’il faut aussi savoir se modérer. Par exemple, se séparer d’arbres trop encombrants ou dangereux. Moi aussi je composte, je protège les hérissons, je récupère l’eau, je trie, je m’équipe d’occasion, je recycle, je transforme, je suis une adepte des plantes,… et j’en passe ! Je suis aussi très contrariée lors de manifestations de voir que bien peu de personnes sont capables de faire la différence entre un sac jaune et un sac noir !!! Le tri sélectif, devrait être l’examen de passage de ceux qui se disent « grands » défenseurs de la nature…

Et pourtant, que Beynac doit être beau vu d’en face ! … et que ce lieu serait paisible et agréable ; un vrai village touristique !… où il ferait bon se balader en paix sans le passage de tous ceux qui n’ont pas le temps de prendre du temps, ceux qui traversent par obligation parce qu’ils n’ont pas d’autres choix que de passer par là. Désolée pour ce long bavardage, mais cet énorme « gaspillage» dont le seul critère (aux yeux de bon nombre) n’est que la «vue», l’apparence, le prestige, sous un prétexte d’écologie, me contrarie beaucoup….

Bonne année à vous, Monsieur Bern et à tous ceux qui vous sont chers… et surtout, pour qui vous l’êtes ! Nous penserons très fort à vous et à vos amis, lorsque nos impôts vont augmenter ! Et bonne chance pour votre one man show : « Vous n’aurez pas le dernier mot » dont le titre résonne ici avec une forte pointe d’ironie…

Signé ; Une vraie périgourdine qui est fortement convaincue qu’il vaut mieux dépenser pour terminer les travaux que dépenser pour jeter une fortune (argent public) au gré du vent ou au fil de l’eau…

…sans attendre « l’accident » qui évidemment remettra tout en question à ce moment-là ! Puisqu’il ne suffit que d’un seul, mais un de trop malheureusement. (Il me vient à l’esprit, le pont de Port de Couze après le Tour de France, le pont de Ste Foy la Grande pour supprimer le passage à niveau…)

L’image contient peut-être : herbe, plante, plein air et nature »

A la une, Projets pour Beynac

Déception et incompréhension

Notre association , J’aime Beynac et sa Vallée , très déçue de l’arrêt des travaux du contournement de Beynac , ne comprend pas le fait  que le quintet de tête de la mairie de Beynac se réjouisse du verdict de la cour administrative d’appel de Bordeaux .

Quel intérêt pour eux de travailler contre les intérêts de leur commune ?

Quel intérêt de maintenir 300 poids lourds par jour dans Beynac ?

Quel est l’intérêt de vouloir faire courir le risque à un bus scolaire ou autre d’être bloqué par un poids lourd alors qu’ils savent qu’en cas d’incendie il est impossible d’évacuer les passagers  à cause de la falaise ou du mur en béton qu’ils ont construit ?

Quel intérêt pour cette équipe de vouloir maintenir dans Beynac un trafic qui freine  ou qui bloque les services de secours faisant courir ainsi des risques sanitaires à tous les habitants de la vallée et à leurs propres administrés?

Quel est l’intérêt d’encombrer et de polluer un des plus beaux villages de France en prenant le risque de lui faire perdre le label ?

Quel est l’intérêt de détourner de ses commerces de proximité les habitants des communes voisines qui ne viennent plus à certaines périodes par crainte d’embouteillages ?

Quel est l’intérêt du maire de Beynac et de sa petite équipe de privilégier le calme et le confort de certains habitants épisodiques de Fayrac et de la Treille au détriment de ses propres habitants ?

Nous ne savons pas pour quel intérêt le maire de Beynac et ses proches se réjouissent de ce verdict , mais nous savons que c’est pour mettre Beynac dans cette situation qu’en 2014 ils ont  trompé leurs électeurs en leur faisant croire qu’ils étaient favorables à la déviation .

A la une, Projets pour Beynac

Interview de Germinal Peiro sur France Bleu Périgord

Le 6 janvier, Germinal Peiro était l’invité de la matinale de France Bleu Périgord. Il est notamment revenu sur la démolition du chantier du contournement de Beynac et indique que cela va prendre des mois et des années. Le président du Conseil départemental assure que la procédure de démolition est engagée.

A la une

Pas de trêve de Noël à Beynac

Jeudi 26 décembre , 3h30 du matin .

Capture d’écran 2019-12-26 à 21.01.51

Un bruit dans la nuit beynacoise . « Ils ont touché le mur de ma tante ! » crie Marie-Cécile  la voisine qui vit elle aussi au bord des camions avec ses deux enfants et son père handicapé .

Ces deux poids-lourds ont visiblement beaucoup de difficultés pour se croiser et un autre attend plus loin . C’est le quotidien de Beynac .

Et pendant ce temps-là , le maire dort chez lui à Sarlat , Kléber Rossillon à Neuilly , Mme Newell au Texas et rêve de son château de Fayrac préservé de ce trafic et Mr D’Eaubonne , arrive à dormir tranquille à la Treille (s’il n’est pas à Ciutad Colon au Costa Rica où il réside lorsqu’il n’a pas de projet routier périgourdin à combattre) .

A la une, Projets pour Beynac

Contournement de Beynac : une décision inacceptable !

Le 10 décembre, la cour administrative d’appel de Bordeaux a rendu son jugement dans le contournement routier de Beynac. Les juges ont suivi la rapporteure publique qui avait estimé que le projet « n’a pas d’intérêt public majeur » car pour toucher à l’habitat d’espèces protégées, comme la pipistrelle pygmée ou la couleuvre verte (il y aurait 129 espèces protégées sur le site) il faut un intérêt public majeur avait-elle expliqué à l’audience de la cour administrative d’appel de Bordeaux le mardi 26 novembre 2019. Cette position est de notre point de vue très discutable car Beynac supporte ou subit la présence d’un trafic routier de plus de 7.000 véhicules/ jour (dont 300 poids lourds) qui a des conséquences importantes sur l’environnement , la nature , la qualité de vie et la sécurité de ses habitants et de ses visiteurs.

 La protection de l’environnement ne peut se faire contre la population locale

 Or, le contournement de Beynac a pour objectif de mieux gérer ce flux de véhicules de transit et de poids lourds. Celui-ci correspond aux déplacements des habitants qui vivent et travaillent dans la vallée ainsi qu’aux approvisionnements dont les entreprises et la population ont besoin ; il ne peut être ni supprimé, ni déplacé mais occasionne d’importantes nuisances dans le village de Beynac.

Comment expliquer aux habitants que leurs conditions de vie sont moins importantes que celles de la faune ?

Comment expliquer aux parents d’enfants qui doivent traverser Beynac en car, matin et soir pour se rendre ou revenir du collège ou du lycée , qu’en cas d’accident grave ou d’incendie d’un bus coincé dans la traversée du village entre un poids lourd et la falaise ou le mur en béton, les portes latérales du bus ne pouvant pas s’ouvrir, Madame la Rapporteure préconisait une sortie par l’arrière ?

Problème ! Il n’y a pas de porte à l’arrière . Ils devront donc casser la vitre . Elle reconnaissait ainsi que le risque existe et ne faisait que confirmer ce que les autocaristes ont déjà signalé à plusieurs reprises . Mais elle ne voit pas là d’intérêt public majeur et préfère préserver à Fayrac l’habitat de la chauve souris .

Chacun sait que dans la vallée , le délai d’intervention des services de secours est  plus important qu’ailleurs à cause de la traversée de Beynac , cela a déjà été signalé par les professionnels des secours d’urgence. Que Madame la Rapporteure vienne expliquer à une personne qui a souffert du retard des secours pour un proche ou pour elle-même , victime d’un infarctus ou d’un AVC , qu’il est inutile de réaliser la déviation de Beynac car elle « ne réduira pas le délai d’intervention des pompiers car elle n’évitera pas ,dit-elle, le croisement des bus à Beynac » et que « même si l’on estime que la déviation déviera 60% du trafic, elle n’évitera pas que des bus doivent se croiser à Beynac, ou même des camping car » . Comment peut-elle penser que si 60% de la circulation est déviée , les problèmes de circulation ne seront pas eux-mêmes réduits de 60% ?

Il n’y a donc pas ,selon elle, un intérêt public majeur à réduire le temps d’intervention des services de secours en faisant passer sur l’autre rive les 60% de la circulation qui encombre Beynac . Et cela pour préserver l’habitat de la couleuvre verte …. qui n’aura pas attendu que la route soit terminée pour se glisser ailleurs .

La magistrate avait par ailleurs estimé que les aménagements réalisés dans la traverse du bourg avaient déjà fluidifié le trafic et selon elle  » le gros du trafic routier est aujourd’hui dévié par l’A89″ . Nous n’avons pas remarqué cette baisse de trafic routier depuis l’ouverture de l’A89 . Pour preuve , avant l’ouverture de cette autoroute , nécessaire à notre département , et la réalisation de la déviation de Saint Cyprien , contestée à l’époque par les mêmes «écolopposants» , la circulation de la D703 passait à double sens dans la traverse de Saint Cyprien . Essayez donc de refaire passer à double sens dans la rue principale de Saint Cyprien le trafic routier qui traverse actuellement  Beynac. 

Elle a aussi affirmé que  la réduction du volume sonore, quant à lui, « n’est pas un enjeu majeur de santé publique à cet endroit-là » . Posez donc la question aux riverains de la traversée de Beynac !

Madame la rapporteure et les juges qui l’on suivie ne pouvait pas ignorer la gêne occasionnée par le trafic routier aux  riverains de la D703 dans  Beynac puisque une dizaine d’entre eux avaient rédigé des témoignages pour le tribunal administratif en avril 2019 et que ces documents figuraient encore au dossier .

Qui peut soutenir sérieusement que la construction de deux ponts dont l’emprise dans la rivière est quasi nulle menace la faune et la flore ?

 Beynac va continuer à subir les nuisances de ce trafic routier de transit

Les juges ont considéré, sur la base des allégations des opposants – dont le maire de Beynac fait partie – que la réalisation de la passerelle piétonne a résolu les problèmes de circulation dans la traverse.

Il n’en est rien car il apparaît évident que la route n’est pas assez large et adaptée pour permettre le croisement des poids lourds et des bus ; les conditions de sécurité ne sont pas remplies au niveau du carrefour de La Balme et le long du restaurant Maleville ; les habitants qui vivent le long de la route côté Hôtel Bonnet vivent un calvaire ; la pollution est bien présente lorsque des bouchons se forment. Les nombreuses photos et témoignages que nous avons diffusés le montrent bien.

S’il intervient un accident qui sera responsable de n’avoir rien fait à Beynac ? le Département, le Maire de Beynac, le gouvernement, la Justice, …

L’abandon de la réalisation du contournement de Beynac serait un gâchis financier inacceptable.

Madame la Rapporteure pense que démolir « ne serait pas trop coûteux et ne porterait pas une atteinte à l’intérêt général et ne serait pas trop destructeur pour la nature« . Les juges l’ont suivie dans ce sens .

L’Etat, par l’intermédiaire de son représentant local, la Préfète à l’époque, a donné son autorisation pour réaliser les travaux de la déviation après de nombreuses années d’études et d’enquête réalisées auprès de l’ensemble des parties prenantes. L’état, le Conseil d’Etat, plus précisément, après 11mois de travaux, dit « il y a un doute » et demande que cette autorisation soit réétudiée. Le 10 décembre, la Cour administre confirme l’annulation de l’autorisation donnée par la Préfète.

 De qui se moque t-on ? Plus de 30 millions ont été engagés par le Département qui a agi en toute légalité. C’est une situation incompréhensible, absurde, ubuesque

 Dans cette affaire, l’Etat est le seul responsable :

– il a pris sa décision en connaissance du droit et des éventuels risques juridiques,

– il est garant de la sécurité juridique de ses actes administratifs ainsi que de ceux des collectivités locales.

Si le Conseil d’Etat confirme ce jugement ça sera donc à l’Etat et non au contribuable périgourdin de réparer les dégâts ou de payer la remise en état

 Quel avenir pour Beynac ?

La protection du village de Beynac passera forcément  un jour par le détournement du trafic routier de transit qui n’apporte que des désagréments et des nuisances. En attendant les voitures solaires volantes et les livraisons par drones , Beynac et ses habitants ne pourront pas supporter plus longtemps les nuisances de ce trafic de transit chaque année plus important .

En attendant , c’est une Victoire pour les opposants puisque désormais l’insécurité subsiste dans la traversée de Beynac . Le quintet de tête du conseil municipal peut être satisfait .

Victoire car la pollution du trafic touche directement les habitants de Beynac et les rejets du trafic routier continuent à se déverser dans la Dordogne et alimentent au quotidien les 129 espèces protégées !

Victoire car tout est réuni pour faire perdre à Beynac le label de plus beau village de France !

Victoire car notre économie locale sera bloquée et ne pourra plus se développer !


C’est justement pour éviter tout cela que nous allons continuer à nous battre et nous faire entendre.

A la une, Projets pour Beynac

La bataille de Beynac

La guerre de cent ans est terminée depuis longtemps en Périgord mais à Beynac, depuis plus de 30 ans, une drôle de guerre fait rage entre les pro et les anti déviation du village médiéval et de la vallée. Elle oppose des riches, des châtelains vivant à Paris ou au Texas, des archéo-pseudo-écolos qui veulent que rien ne change, aux politiques régulièrement élus et aux gueux, c’est-à-dire les braves gens qui vivent et travaillent ici et aiment par-dessus tout leur vallée, leur rivière, leur patrimoine et leur culture.

Il y a du suspens, des personnages hauts en couleur, des méchants, des trahisons, des gens de bonne foi, des incompréhensions, du mensonge et de la supercherie, des manipulations, des outrances, … Si la situation de Beynac n’était pas alarmante ce serait drôle, un comédie en quelque sorte ; mais en fait c’est une tragédie car c’est bien le village de Beynac que l’on détruit avec l’assentiment de son édile.

La bataille de Beynac est, finalement à y regarder de plus près, le symbole du mépris des gens qui vivent à Paris et dans les grandes métropoles, qui bénéficient pleinement de la mondialisation et d’infrastructures urbaines et routières très importantes, face aux habitants de la campagne qui aujourd’hui représentent plus de 25% de la population de la France mais n’intéressent plus les gouvernements ; les gilets jaunes sont un symptôme du malaise actuel.

En effet, comment comprendre qu’une collectivité locale, dont les représentants ont été démocratiquement élus, le Conseil départemental, dont une des responsabilités est de développer et d’entretenir le réseau routier présent sur le territoire, se voit bloqué par un groupuscule d’individus, attelage hétéroclite d’intérêts particuliers, alors qu’il a respecté toutes les contraintes administratives pour entreprendre les travaux de construction de la déviation.

Comment expliquer que finalement le conseil départemental n’a aucun pouvoir et que l’Etat n’est même pas capable de le soutenir dans son bon droit alors que ce dernier lui avait délivré une autorisation de réaliser les travaux. Il est important de préciser que c’est l’autorisation délivrée par la Préfecture de la Dordogne qui a été retoquée par la Justice administrative.

Comment faire accepter à la population que la protection de la nature, qui ne sera nullement perturbée par ce contournement routier, est supérieure à celle des habitants du village de Beynac. Il est rappelé que le projet vise à déplacer d’un kilomètre plus au sud le trafic routier actuel .

Comment démontrer que notre système de justice est efficace, juste et impartial dès lors qu’il est possible de revenir sur une décision prise par l’Etat plus de 11 mois après le début des travaux. Cette insécurité juridique est un vrai problème car cela bloque les projets. C’est un sujet inquiétant qui handicape notre pays dans sa nécessaire transition écologique. Les services de l’Etat savent bien que nombre de projets d’infrastructures sont ralentis voire bloqués en raison de cet imbroglio juridico-administratif. Il y aura une jurisprudence Beynac.

Comment accepter que ce projet risque d’être stoppé face à autant de mensonges et de supercherie de la part des opposants et comment comprendre que la Justice se laisse tromper et abuser ? La rapporteure est-elle venue voir sur place pour mieux comprendre la situation à Beynac ? Non bien sûr ; cela aurait pourtant évité d’entendre le 26 novembre dernier de sa part devant la cour administrative des énormités du genre : « la déviation de Beynac ne réduira pas le délai d’intervention des pompiers car elle n’évitera pas le croisement des bus à Beynac » ou bien « démolir ne serait pas trop coûteux et ne porterait pas une atteinte à l’intérêt général et ne serait pas trop destructeur pour la nature ».

Comment continuer à lire dans la presse locale et nationale un seul son de cloches, celui des opposants qui ont profité de leurs réseaux pour avancer leurs arguments simplistes et caricaturaux. Peu d’articles confrontent les points de vue ; notre association n’a jamais été réellement entendue et ses positions rarement reprises. Les journalistes ne se sont pas souvenus des propos d’un illustre périgourdin, Charles Maurice de Talleyrand-Périgord : « ce qui est excessif est insignifiant ».

Car enfin, est ce que l’intérêt des libellules, des coléoptères, des batraciens, des brochets et chauve-souris est supérieur à celui des femmes et des hommes qui vivent dans la vallée dès lors que le contournement routier de Beynac s’intègre dans le paysage et respecte parfaitement l’environnement comme l’a souligné le rapport Forrey ?
Si la réponse est oui nous irons vers de graves déconvenues et notre République en subira à coups sûr les conséquences ; si la réponse est non, il s’agit alors de trouver la solution la plus adaptée à la situation de Beynac et de la vallée pour permettre de libérer Beynac de ce trafic routier de transit qui ne lui apporte que des nuisances dans un endroit inadapté où les croisements sont très compliqués et risqués.

L’intérêt général devrait nous pousser à être raisonnable et accepter la réalisation de ce contournement en l’améliorant si cela s’avère nécessaire.