Projets pour Beynac

Droit de réponse à la tribune de Gilbert Pélissier dans Sud Ouest

Les opposants de la déviation insinuent maintenant dans la presse que les pro-déviation sont agressifs et insultants et sont les auteurs de la division ; c’est ce que nous devons lire dans l’article de Monsieur Gilbert Pélissier, aujourd’hui fervent opposant au contournement routier de Beynac .

Il est intéressant de rappeler que ce dernier, en tant qu’adjoint, faisait partie intégrante de l’équipe de Max Albospeyre , Maire de Beynac ( 1984-1995 ) qui a soutenu le projet de déviation et a organisé en 1995 le vote qui a permis de prouver que 83% de la population de Beynac était POUR ce projet . 

Cette stratégie de victimisation n’a qu’un seul et unique but, redorer le blason de Monsieur Passerieux, Maire de Beynac.

Tout cela relève d’une certaine manipulation. Nous pourrions ressortir les propos haineux, insultants et diffamatoires tenus par les opposants à l’adresse des adhérents de l’association J’aime Beynac et du Président Départemental ainsi que sa famille.

Nous devons rappeler que Philippe d’Eaubonne Président de Sauvons la Vallée, a été condamné pour des propos diffamatoires à l’encontre de Germinal Peiro et que certains opposants font l’objet d’un procès pour avoir saccagé le domicile du Président du Département.

Souvenez-vous lors du carnaval à la ZAD de Fayrac, le simulacre de la pendaison de Germinal Peiro, déguisé habilement en GPétassou par les opposants.

Souvenez-vous du scandaleux dépôt de la gerbe des opposants le 11 novembre au monument aux morts de Beynac.

Que se cache t-il derrière cette initiative ? Serait-ce la crainte de voir l’édifice que les opposants au contournement de Beynac ont patiemment construit, s’effondrer autour de leurs mensonges ?…

* Le Maire s’est fait élire sur un mensonge puisqu’il écrivait dans sa profession de foi : « Cet aménagement vise à résoudre les problèmes spécifiques de Beynac et ne se substitue en aucune manière à une future déviation, seule susceptible, à terme de réguler le trafic des poids lourds»,

* Le Maire souligne qu’il n’y a plus de problèmes de circulation à Beynac ; or quotidiennement des poids lourds et bus sont bloqués dans la traverse de Beynac et ce, malgré les 3 millions de travaux réalisés par la commune pour élargir la chaussée.


* Le Maire indique qu’il n’y a pas de problèmes de sécurité routière ; or, l’étroitesse de la route dans la traverse ne permet pas de réguler en toute sécurité le trafic routier et piétonnier notamment au niveau de la Balme.

Maintenant que la décision de la Préfète d’autoriser les travaux du contournement de Beynac a été annulée par le Tribunal administratif de Bordeaux, arrêtant de ce fait les travaux engagés par le Département, les habitants sont révoltés face à ce gâchis d’argent public et constatent qu’aucun de leurs problèmes n’ont été réglés. Alors les citoyens se tournent vers les responsables de cette situation afin de demander des comptes. Tout cela est bien normal. Monsieur Passerieux se mure dans son habituel silence, aussi épais qu’un brouillard les petits matins froids dans la vallée de la Dordogne.

Notre association défend le projet de contournement car il est nécessaire pour la sécurité routière et la qualité de vie au travers de la lutte contre la pollution de Beynac , le développement économique d’une grande partie de la vallée de la Dordogne. Nous avons essayé de porter des arguments et des idées pour promouvoir la déviation mais nous n’avons jamais pu avoir de dialogue avec les opposants qui ont toujours préféré l’invective.

Dans l’intérêt de Beynac et au vu de tous ces mensonges ,notre association consciente de ses responsabilités, a indiqué, lors de son assemblée générale qui s’est tenue le 8 mai dernier, que « J’aime Beynac » présenterait une liste soutenant un Projet pour Beynac aux prochaines élections municipales.

En essayant de faire diversion de leurs responsabilités avec cet article et ces paroles soufflées à Monsieur Pélissier,  le Maire et ses adjoints anti-déviation auraient ils peur du débat et de la contradiction ?

L’association est en droit de se poser la question ; les Beynacois également !

A la une, Projets pour Beynac

STUPEFACTION ET DECEPTION

Le Tribunal administratif de Bordeaux vient de rendre sa décision. Il annule l’arrêté délivré par la Préfète du 28 janvier 2018 et enjoint le Conseil départemental a procéder à la démolition des constructions déjà réalisées et à la remise en état des sites. Le Tribunal administratif a suivi en quelque sorte la position du Conseil d’Etat du 28 décembre 2018.

Notre association et ses adhérents sont stupéfaits par ce jugement qui ne tient pas compte de la réalité de la situation de Beynac et de la vallée ; comment comprendre que l’Etat, après avoir donné son accord, par l’intermédiaire de la Préfète, pour réaliser les travaux, reconnaissant de ce fait l’intérêt général de ce projet, revienne sur sa décision plus de 12 mois plus tard ?

Notre association et ses adhérents prenons acte de cette décision mais nous ne pouvons nous en réjouir. En effet, le statu quo, c’est-à-dire la présence de ce trafic routier de transit et de poids lourds, est une catastrophe pour le village de Beynac, un des plus beaux de France, et plus largement pour la vallée. D’ailleurs, d’une certaine manière dans son jugement, le tribunal administratif confirme bien les chiffrages du flux de véhicules (7.000/ jour avec plus de 300 poids lourds/ jour hors saison et plus de 10.000 en saison) mais considère que cela ne représente pas une gène ou un problème suffisamment grave pour justifier l’intérêt général majeur. Et en même temps, le tribunal ne remet pas en cause la déclaration d’intérêt public de 2001…

C’est en cela que la situation est totalement ubuesque !

En effet, le tribunal administratif estime que l’intérêt public majeur n’étant plus démontré compte tenu de la saisonnalité du trafic et des améliorations apportées par la traverse piétonnière, la Préfète n’aurait pas du déroger à la loi portant sur la protection des espaces animales et la faune en zone protégée ; pourtant, les rapports des experts qui ont été saisis montraient que l’impact du contournement était infime sur l’environnement et que les mesures compensatoires étaient exemplaires. En outre, c’est faire peu de cas des habitants de Beynac qui souffrent des nuisances de ce flux routier. La Mairie de Beynac devra apporter des réponses à ces habitants pour leur assurer une meilleure sécurité et qualité de vie. Nous attendons avec impatience les réponses de l’édile du village.

Par ailleurs, le tribunal n’a pas pris en compte l’importance des travaux déjà réalisés et le budget déjà engagé. La remise en état des sites sera à la charge de la collectivité ; au final ce sont les contribuables qui paieront les carences des errements de l’Etat. Finalement, la gestion de l’argent public ne semble plus être un problème pourtant notre pays est fortement endetté.

Enfin, les juges n’ont pas pris en compte les besoins des habitants de la vallée qui ont manifesté franchement leur volonté de voir réaliser cet aménagement pour améliorer leurs conditions de circulation en signant la pétition lancée par notre association (près de 4500 signataires) et en participant à la manifestation du 16 février dernier. Ils ont retenu les quelques arguments d’une minorité d’opposants, pseudo écolo qui depuis des décennies, sont contre tout en Dordogne.

Nous allons continuer à soutenir ce projet de contournement car il est essentiel au développement économique de la vallée, à l’amélioration de la qualité de vie dans le village de Beynac et de l’accueil des touristes et appelons toutes les bonnes volontés à se joindre à nous.

Projets pour Beynac

Il faut sauver Beynac !

Capture d’écran 2019-03-07 à 17.49.22

Notre association J’aime Beynac et sa vallée a été créée en avril 2017 et est aujourd’hui forte de 330 adhérents dont près de la moitié sont habitants de Beynac. Nous soutenons le projet de contournement de Beynac car c’est la seule manière de protéger le village des nuisances de la circulation routière de transit et, en particulier, des poids lourds. C’est d’ailleurs aussi ce que disait l’équipe municipale actuelle lors de sa campagne pour les élections de 2014, expliquant que le projet d’aménagement de la traversée de Beynac qu’ils souhaitaient réaliser «…ne se substitue en aucune manière à une future déviation, seule susceptible , à terme , de réguler le trafic des poids lourds ».

Les objectifs de notre association :

Améliorer le bien vivre et la convivialité

Aujourd’hui, le trafic routier à Beynac rend impossible l’accueil des touristes dans de bonnes conditions : trop de voitures, trop de bruit, trop de fumées d’échappement.

20170910_153040

Les berges de la Dordogne, le carrefour devant les hôtels et les restaurants, la montée de la Balme doivent pouvoir devenir des lieux de promenade permettant l’accès au Château avec des commerces. Les touristes doivent pouvoir rester à Beynac ; ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

C’est bien évidemment possible mais avec une circulation moindre.

Favoriser le développement de l’économie locale

Les problèmes de circulation sont un frein au développement de l’activité économique locale qui est créatrice d’emplois locaux, permettant à nos habitants de rester dans la région :

Les artisans et les petites entreprises ont besoin d’avoir des axes de circulation fluides et pratiques pour se déplacer localement,

Les agriculteurs doivent pouvoir emprunter les routes sans risquer de tout bloquer,

La D703 représente pour les habitants un des seuls moyens de se déplacer dans la vallée et vaquer à leurs occupations dans de bonnes conditions.

Nous sommes intimement convaincus que la déviation va renforcer l’attractivité de Beynac et de ses environs. Les commerçants du village n’ont aucune crainte à avoir ;  Brantôme est un bon exemple de réussite (la déviation y a généré un développement de 15% du C.A des commerces de la ville).

Le projet de contournement permet également de désenclaver la rive gauche de la Dordogne et rend plus accessible le château des Milandes. il améliorera également la fluidité du trafic à Castelnaud.

Protéger l’environnement et le patrimoine

La circulation routière est une réalité dans la vallée. Plusieurs milliers de véhicules l’empruntent chaque jour ; plus de la moitié de ce trafic est en transit vers Sarlat ou vers Bergerac.

Les projets de développement touristiques du département sont très ambitieux ; en effet, dans les prochaines années, il s’agit d’attirer 5 millions de visiteurs contre 3 millions actuellement. Bien évidemment tous ne viendront pas à Beynac et dans sa vallée mais le flux va augmenter.

La D703 sera touchée. Ne rien faire, comme le proposent les opposants à ce projet, est irresponsable et dangereux pour l’environnement de la vallée.

Investir pour les futures générations nous parait essentiel. Cela aura un coût mais notre vallée et Beynac, l’un des plus beaux villages de France le méritent bien….

L’environnement, l’écologie ainsi que la protection du patrimoine sont des sujets qui nous  tiennent particulièrement à coeur. Nous souhaitions que ce contournement s’intègre sans dommage pour notre vallée et respecte notre patrimoine.

Or le projet autorisé par l’Etat et engagé par le Département correspond à nos souhaits ; en effet, un soin particulier a été apporté à son intégration dans le paysage. Une voie douce a été ajoutée au projet initial. Cet investissement prend tout son sens pour un tourisme vert, respectueux de l’environnement,…

Cette déviation est le moyen le plus raisonnable économiquement et écologiquement de protéger le site unique de Beynac et de permettre à cette vallée, ses châteaux et ses villages emblématiques de devenir une référence pour l’art de vivre, la culture, l’environnement et le développement touristique.

Réduire la pollution et l’insécurité routière

La présence de la circulation dans Beynac représente un grave problème de pollution, de nuisance sonore et de sécurité routière, notamment en raison de la présence des poids lourds qui transitent par le village.

Nos adhérents Beynacois témoignent régulièrement auprès de nous des nuisances sonores liées à la circulation routière au pied du village, nuisances qui se sont même aggravées depuis les travaux réalisés par la commune (le haut mur construit le long de la déviation piétonne créant un écho qui renvoie le bruit vers les riverains de la traverse).

Par ailleurs, nous sommes très inquiets des risques causés par les vibrations engendrées par le passage des poids-lourds (très nombreux chaque jour de l’année comme en témoignent les photos en annexe), la falaise et les murs le long de la traverse de Beynac étant en zone rouge. Les riverains nous ont d’ailleurs fait constater des fissures à deux endroits : sur un mur ancien surplombant la route et sur un mur créé lors des travaux réalisés en 2017 et déjà fissuré.

Faudra-t-il qu’un morceau de mur de la traverse se détache et tombe sur la route pour comprendre que la circulation des poids lourds n’a rien à faire dans un des plus beaux villages de France ?

En outre, nous sommes aussi inquiets pour la sécurité des passagers traversant le village en bus (écoliers, touristes…), et qui peuvent à tout moment se trouver coincés par un poids lourd arrivant en sens inverse comme le montre l’exemple ci-dessous d’un camion de gaz en train de livrer dans le village et d’un car scolaire arrivant à peine à le croiser (le mur en béton à droite rend impossible l’évacuation des passagers en cas d’incident) :

Capture d’écran 2019-03-07 à 18.12.11

En effet, les travaux de la déviation piétonne réalisés par la commune de Beynac n’ont en rien résolu le problème de croisement des poids lourds à cause de 3 goulots d’étranglement : devant l’hôtel du château, dans le virage et au niveau de l’ancien hôtel Bonnet.

Du fait du haut muret en béton réalisé par la commune, et de l’étroitesse persistante de la route, s’il arrivait un incident entre un bus et un poids lourd, le bus serait dans l’incapacité de faire évacuer ses passagers. Rappelons-nous de la catastrophe de Puysseguin …

Autre point fréquemment remonté par nos adhérents : les cyclistes ne peuvent traverser le village en sécurité car ils se trouvent coincés entre les véhicules, le mur le long de la Dordogne ou la falaise. C’est pourquoi la voie verte prévue dans le projet de contournement était très attendue par les habitants.

Avec le contournement, le flux de transit sera transféré vers la nouvelle route ce qui réduira la dangerosité de la route dans Beynac, et réduira les pollutions,…

Dans le monde entier les écologistes sont vent debout contre les véhicules dans les zones urbanisées, ils prônent la qualité de vie.

L’environnement, c’est aussi défendre le bien-être des habitants alors achevons cette déviation !

Cela améliorera la qualité de vie à Beynac, sans pour autant transférer le problème chez les autres.

Sur ce thème, encore une fois, dans un monde en mouvement, ne rien faire serait irresponsable.

Capture d’écran 2019-03-07 à 18.14.40

A la une, Projets pour Beynac

Les projets pour l’avenir de Beynac

En septembre 2017, notre association qui regroupe des habitants de Beynac et de ses environs, avait développé quelques idées avec pour objectifs :

  • Améliorer le bien vivre et la convivialité,
  • Favoriser le développement de l’économie locale,
  • Protéger l’environnement et le patrimoine,
  • Réduire la pollution et l’insécurité routière,
  • Renforcer l’attractivité touristique du village.

Ces différents objectifs avaient été développés au travers d’un article intitulé « un nouveau souffle pour Beynac » en février dernier juste après la décision de la Préfète d’autoriser les travaux de la déviation.

Notre association s’est félicitée de cette décision car elle considère que le point noir du village de Beynac est la circulation routière de transit de la D703 (seule route permettant la liaison Bergerac-Sarlat avec un flux pouvant aller jusqu’à plus de 10.000 véhicules par jour) qui bloque tout projet crédible de développement du village.

Maintenir ce trafic routier serait une catastrophe pour le village.

La passerelle a apporté un plus aux piétons – pouvant désormais se promener sans risque le long de la Dordogne – sa réalisation, avec ce mur en béton jaune, est laide et contraste avec l’authenticité des maisons en pierres du village et n’a résolu aucun des problèmes de sécurité et de fluidité du trafic routier.

Concernant le revêtement provisoire de la chaussée , nous avons par courrier du 18 mai dernier , posé la question suivante au Maire de Beynac et au Président du Conseil Départemental :

« De nombreux habitants de Beynac et des communes environnantes et de nombreux adhérents de notre association J’aime Beynac et sa Vallée nous demandent souvent pourquoi le revêtement de la chaussée de la traversée de Beynac est encore , un an après les travaux , dans un état provisoire et ou en sont les travaux de sécurisation prévus pour les riverains et les deux commerces qui ont ouvert cette année sur cette route .

Nous vous demandons de bien vouloir nous aider à répondre aux questions que les gens nous posent. »

Nous publierons , au plus tard le 30 juin , la réponse de ceux qui auront bien voulu répondre .

Maintenant, le contournement de Beynac va être réalisé au bénéfice de tous les habitants de la vallée et des touristes de plus en plus nombreux à venir visiter nos châteaux et nos villages. Notre association souhaite s’engager pour aller plus loin en proposant d’avancer concrètement sur des projets pour l’avenir du village .

Commençons par un sujet important pour Beynac : les parkings .

Aujourd’hui, Beynac souffre d’un manque de parkings.

Lors des derniers grands week-ends, les villages voisins avec leurs grands parkings ont pu accueillir un maximum de visiteurs et il y avait foule !

Les parkings sont essentiels pour les Beynacois afin de rendre plus agréable la vie dans le village et d’accueillir les dizaines de milliers de touristes qui viennent visiter le château, admirer le panorama exceptionnel de la vallée de la Dordogne et découvrir notre gastronomie.

Pour les commerces, il est très important que les visiteurs séjournent le plus longtemps possible dans le village. Le nombre, le dimensionnement et l’accessibilité des parkings sont des éléments essentiels qui doivent désormais être pris en compte.

Le parking de la Balme

Pour renforcer l’attractivité des commerces de cette partie du village et assurer une plus grande sécurité, il semble nécessaire de réorganiser ce parking.

Il pourrait être divisé en deux zones avec une entrée commune déplacée :

– A gauche en entrant , une aire dite de proximité (en face de la Poste) avec une douzaine de places pour faciliter l’accès aux commerces de la Balme avec un stationnement gratuit de durée limitée avec disque horaire.

  • A droite en entrant , pour les visiteurs , un grand parking d’environ 70 places, à péage tel qu’il existe aujourd’hui, avec sa grande sortie prés du stationnement des bus. 

2 avantages à cela :

  • Les touristes n’hésiteront pas à venir dans ce parking payant pour se garer le temps de visiter le village et le château ainsi que déjeuner dans les restaurants du quartier de la Balme et profiter des terrasses, sans être gênés par le bruit et la pollution des voitures et des camions.
  • Les clients habituels des commerces de la Balme et les gens de passage qui ne disposent pas de carte de résident pourront utiliser l’autre partie du parking, largement fourni en places à stationnement à durée limitée mais gratuites pour simplement boire un pot, faire leurs courses, se faire coiffer, aller à la pharmacie ou chez le médecin, etc …   Cette partie de parking étant réduite en nombre de places (10 et 15 au maximum) il y aura moins de sortie de véhicules qu’actuellement face à la rue de la Balme facilitant ainsi la fluidité du trafic et améliorant la sécurité des piétons.

Ces aménagements ne seront possibles qu’après la mise en service de la déviation. ils devront également être réfléchis en concertation avec les habitants et les commerçants.

Le parking du Capeyrou

Dans le dossier que notre association avait remis au mois de septembre dernier à l’Inspecteur du CGEDD, nous évoquions la nécessité de réaliser un parking à l’entrée  Est de Beynac, au Capeyrou, le long de la rue de Sundhouse.

En effet, le nombre de places de stationnement n’est pas suffisant pour accueillir dans de bonnes conditions tous les visiteurs de Beynac. Il est donc important de pouvoir créer un nouveau parking. à tarif bon marché à la journée.

Soucieux de l’environnement, de notre patrimoine et de l’espace réservé à l’agriculture, ce nouveau parking devra limiter au maximum son emprise sur les terres agricoles et s’intégrer parfaitement dans le paysage sans le dénaturer. Il pourrait être arboré et séparé du champ voisin par une haie bocagère.

Des emplacements pour bus pourraient être prévus à cet endroit . Les deux places pour bus de la Balme ne serviraient qu’au chargement et déchargement des passagers pour les gabares , restaurants , etc….

Ce nouvel espace de stationnement s’accompagnerait également d’un réaménagement du parking de la place d’Alsace qui serait en particulier réservé aux camping-cars.

Sur cette place , le tunnel de maraîcher des boulistes pourrait être remplacé par un abri digne de ce nom.

Le chemin permettant de rejoindre le village devra passer par les commerces. Il y aura toujours la possibilité de passer derrière l’hôtel Bonnet pour ceux qui le souhaitent .

Cette nouvelle zone de parkings pourrait être un point de départ pour les randonnées pédestres et cyclistes avec une connexion avec la voie verte construite par le Département avec la déviation de Beynac.

Le parking du château

Les parkings du château sont globalement bien organisés .

Les parkings de la rue de la Balme

Quelques améliorations concernant l’aménagement et l’accessibilité peuvent être réalisées mais globalement ces parkings fonctionnent bien. Le chemin piétonnier a l’aspect de sentier de randonnées qui conduit du parking du Crouzet aux Escassols et au village devra être réaménagé ou déplacé .