A la une, Projets pour Beynac

Alain Passerieux se disqualifie dans l’article du Monde

Dans un article du Monde du 6 mars 2020, l’édile du village, qui n’apprécie ni les débats, ni la contradiction (aucune réunion du conseil municipal, aucune de ses interventions auprès des habitants n’a trace d’une quelconque prise de position au sujet de la déviation), affiche clairement son opposition au contournement de Beynac sans aucune explication convaincante.

Il préfère laisser ses concitoyens face au danger que représente le trafic routier de transit, à ses nuisances (bruit, pollution), à ses dégradations sur le patrimoine et l’environnement ; il montre également le peu d’intérêt qu’il porte aux touristes qui visitent l’un des plus beaux villages de France leur offrant un accueil de piètre qualité avec ce flot incessant de véhicules. Pourquoi un tel désintérêt ? Probablement parce qu’il n’y vit plus.

Puisqu’il refuse le débat, apportons lui la contradiction.

« Il y a autre chose à faire » déclare t-il en ajoutant « les temps changent. Ca fait partie de ces projets, comme les giratoires qu’on mettait un peu partout dans le temps». Ainsi, il reprend à son compte les arguments des opposants (SEPANSO, Philippe d’Eaubonne, les écologistes, …) mais il oublie que le trafic routier, plus de 6.000 véhicules jour dont 300 poids lourds, traverse tous les jours son village. Dans la plupart des villes et des villages aujourd’hui les élus travaillent pour réduire la circulation routière de transit avec pour objectif l’amélioration de la qualité de vie. C’est le seul Maire qui défend encore cette vision d’un autre temps ; C’est parce que les temps changent que le trafic routier doit être aménagé ; c’est le projet de la déviation. 

« Il faut mettre de l’argent dans de bons projets ». Il vaut mieux être sourd que d’entendre de tels propos. En la matière, Alain Passerieux est un champion en investissement hasardeux, pour ne pas dire « foireux ». En effet, il a consacré plus de 3 millions pour la réalisation de la passerelle « piétonne » de Beynac avec pour son objectif de s’opposer au contournement de Beynac en expliquant dans les médias que désormais il n’y a plus de problèmes de circulation à Beynac ; « Ca passe ».

Il n’y a qu’à consulter notre page Facebook où l’association publie des photos de la traverse avec des poids lourds bloqués car ils ne peuvent se croiser, créant ainsi de nombreux embouteillages ; au-delà des photos, les témoignages des conducteurs de camion et des automobilistes sont éloquents des difficultés que représente la nouvelle traverse du village.

Alors quand on dépense 3 millions pour rien et que l’on a endetté les habitants de son village pendant plusieurs décennies pour la construction d’un mur affreux, véritable balafre, Alain Passerieux devrait la jouer plus modeste et moins donneur de leçon.

« La saison touristique, c’est la rançon de la gloire, c’est le problème général du tourisme en France ». Les propos d’Alain Passerieux sont hallucinants. Voici un Maire qui a de la chance d’être le responsable d’un des plus beaux village de France, avec un patrimoine exceptionnel et un environnement qui l’est tout autant et qui déclare que le tourisme « est le problème ». Le tourisme bien au contraire est une chance si l’on sait gérer l’accueil de ses visiteurs. Or, l’édile n’a rien fait pendant ses mandats : pas de parkings adaptés, pas de gestion des flux de véhicules réfléchie, pas de soutien aux commerçants, hôteliers et restaurateurs, pas de signalisations adaptées, berges de la Dordogne non aménagées, … Pour le grand gestionnaire qu’il semble être, puisqu’il se permet de donner des conseils, qu’a-t-il fait de l’argent que la commune tire des revenus issus du tourisme ? Les habitants du village en ont-ils une idée précise ?

« Traverser Beynac, c’est aussi s’y arrêter » Qui peut croire de tels propos ? Qui peut penser que les 300 chauffeurs de poids lourds qui traversent avec leurs camions le village à toute heure de la journée vont s’arrêter à l’hôtel du Château pour prendre un café, à l’épicerie Vival pour acheter une bouteille d’eau, à la boulangerie, une baguette et à la boucherie, un steack ? Vous imaginez les poids lourds garés sur les parkings de la Balme et du Capeyrou ou le long de la traverse ? Alain Passerieux n’est pas sérieux, la formulation est facile mais recouvre bien la réalité. Le Maire de Beynac est hors sol.

Non, le trafic routier de transit n’a aucun avantage pour village, ne bénéficie à personne ; bien au contraire, il ne représente que des nuisances pour les habitants, les usagers locaux de la D703 et les touristes.

Le contournement de Beynac au contraire, sans le trafic de transit apportera à tous une meilleure qualité de vie permettant ainsi une vie de village plus agréable, permettra le développement des commerces actuels, attirera de nouvelles activités, …

Avec cet article, notre association montre la supercherie du Maire actuel de Beynac et son absence de travail pendant ses mandats. Ses relations avec les maires de la  Communauté de Communes du Sarladais sont mauvaises car ils soutiennent tous la poursuite des travaux du contournement . Cet isolement n’est pas bon pour la commune de Beynac. C’est pourquoi, nous devons continuer à soutenir le projet de déviation.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s