A la une, Non classé

Les idées et les comportements des opposants dénoncés par la Commission d’enquête

Comme vous le savez, l’association, J’aime Beynac et sa vallée, a été créée pour faire entendre une voix différente de celle des opposants, tout en privilégiant une approche constructive et en apportant des éléments objectifs, expliquant les raisons de notre soutien au projet de contournement de Beynac.

Notre page Facebook est ouverte à tous et chacun peut y exprimer librement ces idées, donner son point de vue pour faire avancer le débat autour de ce projet. Depuis plusieurs mois, nous sommes face à une avalanche de mensonges, de propos injurieux voire diffamatoires. Dans un premier temps, notre association pensait pouvoir malgré tout échanger sur le fond. Dans un second, il est apparu vain de chercher le dialogue avec des gens qui, par dogmatisme et par conservatisme, ont décidé de s’opposer coute que coute au contournement, quitte à porter atteinte à l’économie locale, à l’image de notre belle vallée, …

Aujourd’hui, J’aime Beynac a choisi de dire aux opposants ça suffit ! Vous êtes démasqués.

Les habitants de notre vallée doivent savoir que les opposants ont perdu tous les recours judiciaires et administratifs qu’ils avaient engagés. Qu’à cela ne tienne, ils ont décidé de se porter sur le terrain de la violence en faisant appel à des « zadistes professionnels ».

Le rapport de la commission d’enquête a donné un avis favorable au projet de contournement balayant tous les arguments des opposants. Celui-ci a mis en lumière les pratiques d’intimidation et non démocratiques qui visaient finalement à faire obstacle au bon déroulement de l’enquête.

Le plus incroyable et inacceptable dans cette affaire est que les opposants au projet de contournement passent leur temps à donner des leçons et à parler de démocratie.

Voici ce que rapportent les commissaires enquêteurs :

Obstruction à l’accès des registres par les opposants

« Plusieurs associations se sont présentées, de façon répétée, et souvent constituées de plusieurs personnes mobilisant l’attention des commissaires présents, ce qui a conduit une fois à une situation de « monopolisation » de l’accès au dossier et au registre, et une autre fois à la mise en place d’un « filtrage » pour ne recevoir qu’une personne la fois. »

« Lors de la première permanence, la commission d’enquête a reçu un collectif d’associations et de particuliers nommé « sauvons la vallée Dordogne », groupe de dix-sept personnes qui a tenu à se présenter et affirmer une opposition catégorique contre le dossier mis à l’enquête, mais surtout contre le contournement de la commune de Beynac. Devant cette importante représentation, il a été proposé aux intervenants, s’ils le souhaitaient, d’être accueillis spécialement après avoir convenu d’un ou plusieurs rendez-vous. Le but visé était de laisser le libre accès à tous de la consultation du dossier et l’apport de contribution. »

« La commission a dû intervenir à plusieurs reprises, sans heurt, pour faire respecter l’accueil personnel du public, éviter tout débat ou interpellations entre personnes de positions différentes vis-à-vis du dossier. »

Non-respect des opinions différentes

« Une contributrice s’est offusquée de la présence d’une lettre type favorable au projet, déposée peu avant par une personne, comportant 231 signatures et jointe comme document au registre d’enquête, en faisant savoir alentour que les commissaires enquêteurs incitaient à faire signer cette lettre type par les personnes accueillies. »

« Des contributeurs témoins, dont Mme DUBOIS députée de Sarlat, nous ont soutenus pour mettre fin à cette calomnie. De même lors d’une permanence à Beynac, la commission a dû intervenir pour éviter qu’un petit groupe de personnes ne fasse obstruction à l’accès du dossier en le captant exagérément et empêche les consultations du public en attente. »

Tentative de déstabilisation

« A l’occasion de deux rassemblements programmés, le passage de patrouilles de Gendarmerie Nationale a été sollicité, ces militaires n’ont pas eu à intervenir pour contenir un quelconque désordre. »

« Si d’évidentes tensions ont été ressenties par la commission d’enquête, leurs exutoires ont eu pour cadre le registre dématérialisé, qui a été utilisé comme tribune. Une partie grandissante a utilisé ce moyen de participation comme n’importe quel forum de discussion en ligne et de manière référendaire, pour ou contre le contournement, alors que ce fait n’a jamais fait partie du projet mis à l’enquête. »

« Pour exemple, le propriétaire des châteaux de Castelnaud et Marqueyssac nous a informé dès le premier jour d’enquête qu’il avait installé un dispositif au sein de la visite touristique de ses infrastructures incitant les touristes à déposer sur le registre dématérialisé, contre le projet du contournement de Beynac »

« Cette démarche précise, incomprise de certains estivants, nous a permis de prendre connaissance de curieuses observations concernant l’emplacement des toilettes, de la buvette, la longueur du parcours ou la visite du château.

Un constat d’huissier a été établi à la demande du Conseil Départemental, concernant les installations mises à disposition des visiteurs les invitant à émettre un avis orienté. »

Mensonges, exagérations et propositions fantaisistes

« L’aménagement communal de la traverse du bourg n’a pas permis de fluidifier le trafic sur la route départementale du fait notamment des deux points noirs qui perdurent :

  • Au droit du restaurant Maleville, au point le plus contraint, la chaussée est toujours de 4.80 m. Cet étranglement n’a pas réglé la difficulté de croisement des véhicules.
  • Coté Est, dans le virage, la chaussée est certes élargie à 6m mais la hauteur du mur de protection incite les véhicules à se déporter sur la voie. L’effet paroi n’améliore pas, là encore, la fluidification du trafic.

Par ailleurs, l’aménagement communal n’a pas permis de sécuriser le cheminement des piétons coté commerces au niveau du restaurant Maleville …la situation est même dégradée.

On peut constater sur les comptages réalisés à partir de 2005, que l’ouverture de l’A89 a été sans effet, contrairement à une idée répandue sur le trafic dans la traversée de BEYNAC.

Par ailleurs, le contournement de Beynac […]ne va pas générer à lui seul un trafic supplémentaire conséquent ».

La commission considère que les données transmises par le CD concernant le coût des travaux sont crédibles. « L’estimation globale de 32 M€HT a été confortée par le résultat du récent appel d’offres relatif aux ouvrages d’art du Pech et de Fayrac, qui constitue la majeure partie de la dépense afférente au projet ».

Contrairement aux allégations des opposants, la commission considère que « les procédures administratives suivies par le CD se sont déroulées en toute légalité ». Les jugements des différents tribunaux saisis par les opposants ont tous été favorables au CD.

« Les contre-propositions ne relèvent pas de l’objet de la présente enquête mais la commission a précisé ce qui suit :

  • S’agissant de la déviation PL par la route des crêtes ou RD25 ou autre voie communale : les caractéristiques géométriques de cette route ne peuvent (sauf travaux d’aménagement gigantesques) autoriser une déviation PL pérenne qui serait accidentogène. L’accident de Puisseguin en Gironde doit nous ramener à une sage prudence.
  • Les solutions proposant des alternatives douces (pistes cyclables, parkings, ..) ne ciblent pas le trafic de transit et ne répondent donc pas aux objectifs du contournement.
  • Les améliorations ponctuelles de carrefours (giratoire au carrefour du Luc à Vézac (D703-D57) ou mise en place de feu de circulation provisoires dans le bourg de Beynac en période estivale), si elles peuvent régler des conditions de circulation ponctuelles, n’ont pas vocation également à dévier le trafic de transit du bourg de Beynac.
  • La viabilité technique et économique du ferroutage en zone rurale reste très incertaine.

Les contre-propositions globalement sont peu argumentées et toute étude plus approfondie ferait émerger leurs multiples impacts très négatifs. »

« Les arguments présentés par le maître d’ouvrage pour justifier la mise à l’écart des contrepropositions évoquées par le public nous paraissent fondés, notamment par le fait que les membres de la commission ont parcouru le Rd 25 de St Cyprien à St André d’Allas, et les voies communales entre ce RD et le haut du bourg de Beynac, ainsi que les voies permettant de rejoindre Vézac, et d’en apprécier l’état actuel, la largeur, la sinuosité, les dénivelés,…. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s