Non classé

La traverse de Beynac enfin achevée

Ca y est, les travaux de la traverse de Beynac sont enfin achevés. Depuis plus de 3 ans, les usagers de la D703 empruntaient une chaussée dégradée entre le carrefour de la Balme et l’hôtel Bonnet.

En effet, l’ancienne équipe municipale s’était opposée au Département ; celui-ci voulant réaliser les travaux conformément au permis qui avait été validé en son temps par les autorités. En s’opposant ainsi au Département, l’édile de l’époque, Mr Passerieux, voulait éviter, à tout prix, que soit constaté qu’aucune amélioration n’avait été apportée à la suite des travaux qu’il avait entrepris à grands frais pour construire la passerelle piétonnière le long de la Dordogne.

Beynac décembre 2020

Comme le montre la photo, la distance entre le trottoir côté Restaurant de Maleville et l’hôtel du Château n’a pas changé et reste très insuffisante pour accueillir dans de bonnes conditions de sécurité le trafic routier journalier des quelques 7.000 véhicules (dont 300 poids lourds grand gabarit).

Serge Parre, le nouveau Maire de Beynac, a su trouver un accord rapide avec le Département pour terminer les travaux, améliorer la chaussée au niveau du Carrefour de la Balme et réduire l’impact du « hideux mur en béton » en abaissant sa hauteur. On peut ainsi à nouveau voir la Dordogne en traversant Beynac

Beynac décembre 2020

Même si le résultat obtenu est très satisfaisant, cela ne règle en rien les problèmes de circulation dans la traverse de Beynac qui justifient plus que jamais la nécessité de la déviation.

Non classé

La déferlante

3000 personnes venues à Beynac pour défendre le contournement du village. De nombreux Maires de Dordogne étaient présents (dont la nouvelle Maire de Périgueux) pour manifester leur soutien au projet et dire leur inquiétude face aux blocages de leurs actions en raison d’intérêts particuliers.Jean Lassalle a rappelé avec énergie et passion l’urgence de se battre pour la ruralité et l’aménagement des territoires.Germinal Peiro a souligné la nécessité de revoir le droit qui encadre les projets d’aménagement pour que Beynac ne soit pas la jurisprudence d’une République bloquée.

Beynac le 13 septembre 2020 3000 personnes venues soutenir le projet de contournement
Non classé

Droit de réponse à Mr Rossillon sur TF1

Lucien Grosso s’est retourné dans son urne le mardi 30 juin lorsque Kléber Rossillon s’est exprimé pour TF1 du haut des remparts du château de Beynac. De son perchoir, tel un Coq sarladais, il présentait à la France du 13h de TF1 la vallée de ses rêves, comme si  tout ce qui était postérieur à la construction de ses châteaux devait disparaitre . 

A la lecture des résultats des dernières élections municipales de Beynac, Mr Rossillon s’est rendu compte qu’il avait de moins en moins de beynacois à ses pieds, très peu, mais du haut des remparts de Beynac s’il s’était penché un peu, il aurait vu qu’au dessous de lui, le long de la route empruntée par 7000 véhicules par jour dont 300 poids lourds, il y a des gens qui vivent , qui travaillent et qui prennent des risques en sortant de chez eux . Des gens qui respirent un air pollué par la circulation automobile . Des gens excédés de voir qu’ils ont été sacrifiés pour le plaisir de quelques-uns. 

Les trois élus de l’ancienne équipe municipale de Beynac qui ont utilisé durant six ans les locaux de la mairie pour s’occuper uniquement de leur combat contre le projet du Département ont, avant de partir, fait le ménage pour ne laisser aucune trace de leur action mais ils ont semble-t-il oublié dans leur fuite des papiers très instructifs concernant le rôle de chacun dans leur lutte contre la déviation et donc contre leur village. 

En prenant symboliquement le château lors d’une manifestation improvisée le 4 juillet, les beynacois et les gens de la vallée ont montré leur colère contre Mr de Montgolfier , propriétaire du château de Beynac qui a permis au châtelain de l’autre rive de s’exprimer de son donjon. Colère contre celui qui avait exprimé clairement son opposition au projet de contournement de Beynac lors de l’enquête publique et qui n’a cessé d’agir dans l’ombre depuis. 

Lorsque Kléber Rossillon prétend que la volonté populaire s’est exprimée de façon démocratique lors de l’enquête publique pour la déviation de Beynac et que le résultat qui en est ressorti peut être comparé à un référendum , il se moque du monde. Kléber Rossillon est trop intelligent pour croire cela et, lorsqu’il dit cela, il nous prend tous pour des imbéciles.

Peut-on réellement considérer démocratique le fait de mettre à la disposition des visiteurs de ses châteaux  des ordinateurs pour signer un registre dématérialisé après leur avoir expliqué « qu’une autoroute allait balafrer la vallée de la Dordogne ». Quel que soit le résultat qui en ressort, ces chiffres n’ont aucune valeur . Vous avez, d’une certaine façon, tenu la main des signataires , Monsieur Rossillon, ne parlez pas de démocratie.

Par contre, aux dernières élections municipales de Beynac  la liste « Bien Vivre à Beynac et Cazenac » qui avait exprimé clairement son soutien à la poursuite des travaux de la déviation a battu, laminé, la liste du maire sortant qui avait consacré tout son dernier mandat à combattre le projet du Département. Les opposants les plus actifs à la déviation ont été balayés 28ème, 29ème et 30ème sur 30 . Kléber Rossillon qui n’a pas eu le courage de se présenter sur la liste du maire sortant, a préféré envoyer sa fille au casse-pipe pour un combat perdu d’avance. 

 Le nouveau conseil municipal de Beynac a voté à l’unanimité son soutien à la poursuite des travaux.

A Vézac, Castelnaud-la-Chapelle et Saint-Vincent-de-Cosse les maires pro-contournement ont tous été élus et ils étaient tous présents à Beynac le samedi 4 juillet à l’invitation de Serge Parre pour exprimer leur colère, lors d’une manifestation improvisée. 

Balayés les d’Eaubonne, de Bastard ,… des autres listes d’opposition.

Non classé

TOUS UNIS POUR LEUR TERRITOIRE

Germinal PEIRO Président du Conseil départemental de la Dordogne      

Claude BÉRIT-DÉBAT Sénateur de la Dordogne                                

Bernard VAURIAC Président de l’Union des Maires de la Dordogne  

 Jacques AUZOU Président de la Communauté d’agglomération Le Grand-Périgueux Vice-président du Conseil départemental chargé des routes    

Frédéric DELMARES Président de la Communauté d’agglomération Bergeracoise                 Antoine AUDI Maire de Périgueux 

Daniel GARRIGUE Maire de Bergerac

 Jean-Jacques DE PERETTI Ancien Ministre, Maire de Sarlat-la-Canéda                                    Pascal BOURDEAU Maire de Nontron

Christophe FAUVEL Président de la CCI Dordogne

Didier GOURAUD Président de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat Dordogne               Jean-Philippe GRANGER Président de la Chambre d’Agriculture Dordogne                            Thierry GAUTHIER Président de l’association J’aime Beynac et sa vallée

 » Samedi 16 novembre 2019, à 10 heures, nous appelons à un rassemblement citoyen sur les allées de Tourny à Périgueux pour soutenir l’achèvement des travaux du contournement de Beynac et défendre le monde rural.

La situation ubuesque dans laquelle se trouve le chantier, arrêté après avoir obtenu tous les avis et autorisations requises, est symbolique du sentiment d’abandon et d’injustice aujourd’hui ressenti par le monde rural. Tandis que nous assistons à l’essor de métropoles tentaculaires, le monde rural voit ses projets essentiels pour le développement touristique et économique remis en question.

Nous ne pouvons accepter que les décisions d’assemblées démocratiquement élues, confirmées depuis trente ans par les majorités successives, soutenues par une écrasante majorité de maires et par les forces vives de notre département puissent être balayées par une poignée d’opposants qui, au profit de quelques intérêts particuliers, mettent en péril l’intérêt général des Périgourdins.

La défense de la ruralité, le maintien des services publics au plus près des usagers, la lutte contre l’enclavement, les déserts médicaux, la fracture numérique… sont des combats qui nous rassemblent.

Nous demandons à tous, élus et citoyens, de se rassembler samedi 16 novembre 2019 à Périgueux, pour affirmer haut et fort notre soutien à un monde rural vivant, dynamique et attractif qui, au travers d’un développement durable et harmonieux de nos territoires, regarde enfin l’avenir avec confiance et enthousiasme. »

Non classé

Paroles d’un périgordin : Stéphane Bern, le syndrome de Pinocchio ou la dialectique du mensonge

Nous publions ci-dessous, le message envoyé par un de nos sympathisants, avec lequel nous sommes sur la même longueur d’onde.

« Stéphane Bern est une vedette. Une vedette du petit écran dont la spécialité est de raconter l’Histoire, essentiellement de la France, à travers celle des rois, des reines et de la noblesse. On peut partager, ou pas, cette vision, bien éloignée de celle des peuples, mais à travers ce choix éditorial on comprend bien pourquoi cet animateur de télévision s’investit avec autant d’acharnement dans le combat qui aujourd’hui oppose le peuple du Périgord à une poignée de châtelains et leurs dévoués serviteurs, à propos de la déviation routière que le département de la Dordogne essaie depuis trente ans de mettre en place pour soulager le trafic infernal et dangereux qui menace le village de Beynac.
Pour cela, Stéphane Bern n’hésite pas à se répandre sur les plateaux de ses collègues de la télévision parisienne, en usant et abusant du mensonge avec un aplomb sidérant. Devant leurs étranges lucarnes, les habitants du Périgord observent impuissants le nez de Stéphane Bern s’allonger, tel celui de Pinocchio au fur et à mesure qu’il débite ses mensonges et ses attaques indécentes contre le Président du département de la Dordogne. Sans doute sommes-nous les seuls à observer ce phénomène, parce que nous sommes les seuls à connaitre le dossier. Les journalistes parisiens ne le connaissent pas et nous ne leur en voulons d’ailleurs pas pour cela… encore que l’on puisse considérer qu’ils auraient pu se renseigner sur le dossier !
Il semble que « le fou du Roi » comme il s’est lui-même baptisé, ait une haine tenace envers Germinal Peiro. Est-ce le fait que celui-ci porte un prénom emblématiquement républicain qui défrise l’ami des monarques ? Toujours est-il qu’il nous semble bon de rappeler ici quelques évidences pour remettre la Vérité au centre du débat.
Rappelons tout d’abord à monsieur Bern, que celui qu’il traite de dictateur est un élu du peuple du Périgord. Germinal Peiro a été élu et réélu avec des majorités significatives par les habitants de la vallée de la Dordogne. Il n’est pas un héritier… lui ! Insulter Germinal Peiro, c’est insulter les Périgourdins. Le comparer à Ceausescu, l’assassin de Bucarest c’est insulter le Périgord. Au Conseil Départemental, il a été élu Président par une large majorité d’élus du Périgord. Cela s’appelle la République et la Démocratie. Au fond, Il serait bien que Monsieur Bern se décide à nous présenter ses excuses pour ses propos déplacés et insultants.
Dans cette affaire, la justice a débouté 10 fois les opposants au contournement, l’Etat a donné plusieurs fois son accord pour faire les travaux, puis s’est déjugé à travers la décision du Conseil d’Etat. S’il y a un scandale, il est bien là.
Stéphane Bern met souvent en avant que la vallée de la Dordogne, quand il ne la confond pas avec celle de la Vézère, est classée Réserve biosphère au Patrimoine Mondial de l’Unesco. C’est vrai. Et à qui doit-on ce classement ? Au travail d’Epidor qui œuvre à la préservation de la rivière, dont le président n’est autre que Germinal Peiro. Mais Bern n’a aucune pudeur à détourner les faits à son avantage pour avancer ses mensonges. Monsieur Peiro, ancien vice-champion du monde de canoé est toute l’année, au moins une fois par semaine, sur la Dordogne en bateau, pendant qu’à Paris, monsieur Bern passe son temps à dire du mal de lui à la télévision. Pourquoi voudrions-nous que monsieur Peiro veuille détruire cette vallée, que de toute évidence il aime avec sincérité ? Qui sont ces gens qui prétendent lui donner – et nous donner – des leçons d’amour de la Dordogne ?
Lorsque monsieur Bern, dit et répète qu’on construit une autoroute à Beynac, il sait qu’il ment. Et malgré cela, il continue à le dire encore comme récemment sur France 5. Les premières fois qu’il disait cela, on pouvait penser qu’il commettait une erreur – une de plus – que ses amis lui avaient racontée. On était presque prêts à lui pardonner de s’être fait berner. Mais on s’aperçoit aujourd’hui qu’il a toujours menti en connaissance de cause.
Monsieur Bern ne supporte pas que Germinal Peiro ait dit à la ministre des transports, qu’il avait acheté son château au département d’Eure et Loire, à l’époque présidé par le propriétaire du château de Beynac et opposant au contournement du village. Il n’y a rien d’illégal à cela. Personne ne dit le contraire et cependant monsieur Bern aurait, sans doute, souhaité que cela ne se sache pas. Nous sommes désolés, ça nous intéresse de le savoir.
Nous pensons qu’il serait bien que France 5, télévision publique financée avec les impôts de tous et maintenant informée des bobards racontés par Stéphane Bern, puisse donner un temps de parole égal au Département de la Dordogne, afin que les téléspectateurs éloignés du Périgord soient correctement informés du scandale qui est en train de se dérouler dans la vallée de la Dordogne avec l’arrêt des travaux du contournement de Beynac.  »

Jacques Ferral

Non classé

INDIGNEZ-VOUS !

Vous étiez nombreux, très nombreux samedi matin à vous être déplacés pour manifester votre soutien à l’achèvement des travaux du contournement de Beynac.

L’ambiance était fraternelle et chaleureuse, et beaucoup d’entre vous nous ont remerciés d’être là pour faire enfin entendre la voix de la majorité silencieuse, celle dont on ne parle jamais mais qui est pourtant si nombreuse : celle qui dit OUI à la déviation de Beynac.

Les journalistes présents se sont eux-mêmes étonnés du succès de notre rassemblement. Qui aurait pu croire que nous aurions réussi à réunir plus de 2 500 Périgordins (2 540 d’après nos comptages, 2 300 d’après les Renseignements Territoriaux présents sur place) dont une centaine de Beynacois ?

Ce succès contredit toutes les allégations des opposants.

Une très grande majorité des habitants de la vallée soutiennent le contournement routier de Beynac. Or, ces opposants ont fait croire pendant  des mois que les habitants de la vallée étaient contre le contournement. Aujourd’hui, leur mensonge apparaît au grand jour ; Ils ne décolèrent pas et usent de tous les moyens pour nous voler ce succès.

Ils avouent ce matin sur la radio locale qu’ils avaient loué un avion pour survoler le rassemblement et vérifier le nombre de participants ; c’est bien la preuve qu’ils avaient peur de notre succès.

Ne vous laissez pas berner, ne vous laissez pas voler votre succès, indignez-vous et faites entendre votre voix, vous qui étiez présents samedi, faites-le savoir !

Merci de votre soutien.