A la une

De gauche, de droite, du centre, de la REM, des écologistes, etc… plus des trois quarts des maires de la Dordogne soutiennent l’appel lancé par le département , le 28 mai , pour l’achèvement des travaux du contournement de Beynac

Parmi le petit quart restant , deux maires sont carrément opposés au projet :

  • Alain Passerieux , maire de Beynac, qui , pour se faire élire en 2014 a trompé ses électeurs en leur faisant croire qu’il était POUR le contournement de son village .
  • Jérôme Peyrat , maire de La Roque Gageac qui, bien qu’il ait dit  «Le classement de la vallée par l’Unesco en réserve de biosphère ne veut pas dire qu’on ne peut plus faire des aménagements et des routes » et « qu’il faut savoir reconnaître que le projet n’est pas en soi une autoroute et les ouvrages projetés ne constituent pas une horreur, contrairement à ce qui est répété à l’envie » (Essor Sarladais du 2 mars 2017), s’oppose à ce projet et proposait même, au lendemain de la décision du Conseil d’Etat de raboter la falaise de Beynac. Pour y faire passer plus de camions ? Nous avons bien compris les raisons de Monsieur Peyrat ; si Beynac conserve tout le trafic, La Roque Gageac restera pour longtemps le village le plus attractif de la vallée. Passé à LaREM et nommé conseiller à l’Elysée, il est à présent bien placé pour souffler à l’oreille droite du Président Macron les mensonges que Stéphane Bern ne cesse de déclamer à son oreille gauche :  «Un projet d’autoroute va défigurer la vallée de la Dordogne !» .

Une députée et un sénateur les soutiennent dans leur opposition :

  • Jacqueline Dubois , députée LaREM , manifestait déjà contre le contournement de Beynac avant d’être députée . Elle souhaitait même faire passer les camions loin de la vallée , surtout loin de son domicile de Vézac . «Il y aurait peut-être une autre solution en déviant le transit de gros camions qui abîment les routes et polluent . On pourrait faire une déviation dès Siorac vers Les Eyzies, puis vers la déviation de Sarlat» , expliquait-elle à la veille du second tour des législatives .
  • Bernard Cazeau , Sénateur LaREM . Durant les 21 ans (de 1994 à 2015) à la tête du département le président, alors socialiste, aura soutenu le projet de contournement de Beynac en achetant 80% des terrains pour sa réalisation et le défendant dans la presse locale : « Sur le fond du problème, il faut rappeler que le projet de déviation de Beynac a été approuvé par l’ensemble des conseils municipaux des communes concernées (Saint Vincent de Cosse , Beynac, Castelnaud-la-Chappelle , Vézac) auxquels s’est joint le conseil municipal de Sarlat, qu’il a été approuvé par l’assemblée départementale par 49 voix pour et une abstention, et qu’il a reçu un avis favorable de la grande majorité de la population des quatre communes concernées qui s’est prononcée pour à 83% lors de la consultation organisée à bulletin secret en 1995 ». «Le conseil général de la Dordogne va réaliser la déviation de Beynac car il considère qu’elle est indispensable sur le plan de la sécurité eu égard aux problèmes d’instabilité des falaises de Beynac et sur le plan de la fluidité de la circulation, la traversée de Beynac et le passage sous la voie ferrée à Vézac constituant de véritables points noirs » (Essor Sarladais ,23/10/98). « Contrairement à ce que disent les opposants, l’étude du passage par les coteaux a été poussée jusqu’au bout, comme les autres tracés. Nous avons d’emblée écarté les possibilités d’un réaménagement de la route existante à Beynac et d’un passage direct sur les coteaux à partir de Saint Vincent de Cosse (trop pentu). Restaient en lice la voie des coteaux par Saint Cyprien et le tracé par les deux ponts sur la rivière. Dans le premier cas, il fallait d’abord envisager de gros mouvements de terre avec des murailles atteignant par endroit dix mètres de haut, des pentes à 10% dans un relief tourmenté, à la limite de la sécurité, et dans un deuxième temps une arrivée sur Saint Cyprien en plein centre ville, en cassant des maisons. Le projet que nous préconisons a été repris par deux fois après les enquêtes d’utilité publique. Nous en avons amélioré le tracé en passant sous la voie ferrée afin de limiter l’impact sur l’environnement et nous allons poursuivre ces efforts d’intégration esthétique. De plus, sur l’autre rive il s’agit simplement d’élargir la route existante d’un mètre. Il faut vivre avec son temps et désormais éviter à la falaise friable de Beynac toutes les vibrations engendrées par une circulation trop dense. Cette route doit certes garder son caractère touristique mais présenter une sécurité convenable par un itinéraire fluide, tel qu’il l’est désormais entre Le Buisson et Saint Cyprien ».« La polémique qui se poursuit est maintenant sans fondement et j’en appelle à la raison de tous. Des châtelains en Périgord Noir, il y en a partout et il faut compter avec des créations paysagères et le camouflage de la nature. Ce n’est quand même pas à moi, président, de dégrader mon département » (Le Journal du Périgord , 11/2002). Alors pourquoi est-il à présent contre ce qu’il a construit et défendu pendant plus de vingt ans ?  Son passage à LaREM a-t-il rendu la falaise de Beynac subitement moins friable ? Est-il fâché de ne pas avoir pu porter le projet jusqu’à sa réalisation ? Germinal Peiro n’a fait que le compléter avec une voie piétonne, Bernard Cazeau est-il contrarié de ne pas y avoir pensé ? C’est surement cela  ! … Le Marcheur est vexé d’avoir oublié la voie piétonne !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s