A la une, Projets pour Beynac

La bataille de Beynac

La guerre de cent ans est terminée depuis longtemps en Périgord mais à Beynac, depuis plus de 30 ans, une drôle de guerre fait rage entre les pro et les anti déviation du village médiéval et de la vallée. Elle oppose des riches, des châtelains vivant à Paris ou au Texas, des archéo-pseudo-écolos qui veulent que rien ne change, aux politiques régulièrement élus et aux gueux, c’est-à-dire les braves gens qui vivent et travaillent ici et aiment par-dessus tout leur vallée, leur rivière, leur patrimoine et leur culture.

Il y a du suspens, des personnages hauts en couleur, des méchants, des trahisons, des gens de bonne foi, des incompréhensions, du mensonge et de la supercherie, des manipulations, des outrances, … Si la situation de Beynac n’était pas alarmante ce serait drôle, un comédie en quelque sorte ; mais en fait c’est une tragédie car c’est bien le village de Beynac que l’on détruit avec l’assentiment de son édile.

La bataille de Beynac est, finalement à y regarder de plus près, le symbole du mépris des gens qui vivent à Paris et dans les grandes métropoles, qui bénéficient pleinement de la mondialisation et d’infrastructures urbaines et routières très importantes, face aux habitants de la campagne qui aujourd’hui représentent plus de 25% de la population de la France mais n’intéressent plus les gouvernements ; les gilets jaunes sont un symptôme du malaise actuel.

En effet, comment comprendre qu’une collectivité locale, dont les représentants ont été démocratiquement élus, le Conseil départemental, dont une des responsabilités est de développer et d’entretenir le réseau routier présent sur le territoire, se voit bloqué par un groupuscule d’individus, attelage hétéroclite d’intérêts particuliers, alors qu’il a respecté toutes les contraintes administratives pour entreprendre les travaux de construction de la déviation.

Comment expliquer que finalement le conseil départemental n’a aucun pouvoir et que l’Etat n’est même pas capable de le soutenir dans son bon droit alors que ce dernier lui avait délivré une autorisation de réaliser les travaux. Il est important de préciser que c’est l’autorisation délivrée par la Préfecture de la Dordogne qui a été retoquée par la Justice administrative.

Comment faire accepter à la population que la protection de la nature, qui ne sera nullement perturbée par ce contournement routier, est supérieure à celle des habitants du village de Beynac. Il est rappelé que le projet vise à déplacer d’un kilomètre plus au sud le trafic routier actuel .

Comment démontrer que notre système de justice est efficace, juste et impartial dès lors qu’il est possible de revenir sur une décision prise par l’Etat plus de 11 mois après le début des travaux. Cette insécurité juridique est un vrai problème car cela bloque les projets. C’est un sujet inquiétant qui handicape notre pays dans sa nécessaire transition écologique. Les services de l’Etat savent bien que nombre de projets d’infrastructures sont ralentis voire bloqués en raison de cet imbroglio juridico-administratif. Il y aura une jurisprudence Beynac.

Comment accepter que ce projet risque d’être stoppé face à autant de mensonges et de supercherie de la part des opposants et comment comprendre que la Justice se laisse tromper et abuser ? La rapporteure est-elle venue voir sur place pour mieux comprendre la situation à Beynac ? Non bien sûr ; cela aurait pourtant évité d’entendre le 26 novembre dernier de sa part devant la cour administrative des énormités du genre : « la déviation de Beynac ne réduira pas le délai d’intervention des pompiers car elle n’évitera pas le croisement des bus à Beynac » ou bien « démolir ne serait pas trop coûteux et ne porterait pas une atteinte à l’intérêt général et ne serait pas trop destructeur pour la nature ».

Comment continuer à lire dans la presse locale et nationale un seul son de cloches, celui des opposants qui ont profité de leurs réseaux pour avancer leurs arguments simplistes et caricaturaux. Peu d’articles confrontent les points de vue ; notre association n’a jamais été réellement entendue et ses positions rarement reprises. Les journalistes ne se sont pas souvenus des propos d’un illustre périgourdin, Charles Maurice de Talleyrand-Périgord : « ce qui est excessif est insignifiant ».

Car enfin, est ce que l’intérêt des libellules, des coléoptères, des batraciens, des brochets et chauve-souris est supérieur à celui des femmes et des hommes qui vivent dans la vallée dès lors que le contournement routier de Beynac s’intègre dans le paysage et respecte parfaitement l’environnement comme l’a souligné le rapport Forrey ?
Si la réponse est oui nous irons vers de graves déconvenues et notre République en subira à coups sûr les conséquences ; si la réponse est non, il s’agit alors de trouver la solution la plus adaptée à la situation de Beynac et de la vallée pour permettre de libérer Beynac de ce trafic routier de transit qui ne lui apporte que des nuisances dans un endroit inadapté où les croisements sont très compliqués et risqués.

L’intérêt général devrait nous pousser à être raisonnable et accepter la réalisation de ce contournement en l’améliorant si cela s’avère nécessaire.

1 réflexion au sujet de “La bataille de Beynac”

Répondre à Jolivet ines Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s